Toyota-GT86-blanche1

Avis, GT86/BRZ

Toyota GT86 : l’avis de Yannick

28 Mar , 2017  

Yannick, 21 ans, Français, possesseur d’une GT86 blanche depuis plusieurs mois maintenant.

Autant le dire dès le début : je ne regrette absolument pas mon choix. J’avais hésité à l’époque entre à peu de choses près toutes les GT et GTi du marché et disons que je me suis tourné vers un choix plus « sage ». Celle que j’ai achetée provient d’une concession Toyota, à Poitiers. C’est une seconde main. Son premier propriétaire, « sa » en l’occurence ici, était une dame d’une quarantaine d’années (hé oui les gars, les filles aussi aiment bien les voitures de sport !), dont le fils est mécanicien dans cette même concession.

Côté options, c’est boîte méca bien sûr, pour faire un festival de talons-pointes. Les sièges sont les cuir/alcantara. J’ai également rajouté l’accoudoir central en cuir, qui me paraît indispensable et ai enlevé le dernier silencieux, remplacé par un Berk Technology, qui est un « vulgaire » tube de bypass mais peu cher, et qui libère magnifiquement la voix du flat 4. Ça donne vraiment à ce moteur les vocalises qu’il mérite. Sans trop de bruit, ni trop peu. Le seul bémol est le petit résonnement a l’intérieur, mais pas dérangeant même sur de long trajets, voir même plaisant.

J’ai toujours été un grand fan de belles voitures, comme toi, qui lis probablement ces quelques lignes. J’ai beau avoir cette petite Toy’ depuis quelques temps maintenant, je succombe toujours à ses lignes somptueuses. Que ce soit de l’arrière ou de l’avant, j’en reste à chaque fois admiratif. Il faut aussi savoir que, quand on se promène avec ce coupé, on ne passe pas inaperçu…

 

Toyota-GT86-blanche2

 

Une fois à l’intérieur, c’est toujours le même rituel. Dans les baquets, on se sent tout de suite a l’aise. On regarde à droite, à gauche. On admire l’intérieur sportif que nous livre le couple ToyoBaru. Puis le moment tant attendu se pointe : le pied sur l’embrayage et le doigt sur le bouton Start. Ça y est, le flat 4 donne de la voix ! Une voix contenue car il n’est pas trop expressif de l’intérieur.

J’enlève le frein à main. Je regarde autour de moi. J’aperçois les deux excroissances du capot qui logent les amortisseurs, le volant, le logo… c’est bizarre encore de se dire que c’est la mienne.

Après un bon temps de chauffe, je décolle. Vient un rond-point et donc une sortie de rond-point… Je ne vous fais pas le dessin. La pédale de gaz est au plancher.

Dans cette GT86, il ne se passe pas grand-chose en dessous des 4000 tours. Mais une fois, les 5000 passés, jusqu’au 7400 tours du rupteur, là on comprend ce qu’on conduit : une voiture pèpère et confortable en dessous des 3000 mais vraiment rageuse au-delà des 5000.

Chaque fois, la route se passe sans que je n’arrive à me rendre compte que je suis enfin dans la voiture de mes rêves. Quand on est au volant d’une voiture comme celle-là, on ne met pas de GPS, on prend le temps d’apprécier la voiture, la position de conduite et le regard des personnes qu’on croise !

Le plaisir d’être a son volant est surprenant : ce n’est pas la même position que dans une Ford Focus, c’est bien plus… confortable et agréable. Oui, confortable, vous pourrez entendre que les suspensions sont dures, que les baquets ne sont pas bons, mais, à vrai dire, c’est totalement l’inverse ! J’ai eu l’occasion de réaliser de nombreux longs trajets avec, et pourtant je n’ai jamais eu mal au dos !

 

Toyota-GT86-blanche3

 

Et que dire de la consommation ? Sur longs trajets, comme sur « petites » routes, elle est faible. Comptez 7.1 L/100km sur voie express/autoroute et entre 7.5 et 8.5 l/100km sur les petits trajets. Après avoir discuté avec de nombreux personnes possédant des moteurs équivalents en terme de puissance mais suralimentés, les quelques 10 l d’une Volkswagen Scirocco ou encore une 325i BMW avec ses 11l, ne jouent pas dans la même cour…

L’assurance aussi est intéressante : 80€ mensuels avec seulement 3 ans de permis, dont 1 an avec 12 points. A peine plus chère qu’une Golf 4 en jeune conducteur…

Côté entretien : Toy n’est pas exorbitant. 150€ pour le petit entretien, c’est, pour l’instant, deux fois moins chère que l’entretien d’une Kia Rio…

Seul problème rencontré jusqu’ici : l’humidité dans les feux arrières. Mais ils sont généralement, voir systématiquement, pris en charge par Toyota. Avec 25 000 km à son actif, dont 10 000 personnellement, je n’ai jamais eu aucun autre problème.

En bref, cette GT est une voiture parfaite pour tout passionné. Certains vous diront peut-être que 7,1 secondes pour le 0 a 100km/h, c’est trop mais quand ces personnes sont à vos côtés, dans les superbes sièges de la GT, aucun ne dira que c’est insuffisant…

On m’a demandé de dire un défaut sur cette GT et le seul que j’ai trouvé, c’est le fait qu’elle soit belle. Oui, c’est aussi un défaut car il faut faire attention à où on la gare, car on ne sait jamais, vous savez… Les jaloux, tout ça.

Si je devais conclure, n’hésitez plus avec les 208 GTi et autres Focus ST. La GT86 est une vraie voiture de sport. Et si vous aimez les lignes de cette voiture, ce n’est que le début d’une belle aventure…

Propriétaires de GT, faites-nous part de vos avis sur cette voiture !
Un mail, quelques photos, le tout envoyé à contact@petrolistes.com et vous serez publiés !

Réagissez

commentaires - Défoulez-vous

,

Yannick Kérézéon By